[ SkipToMainMenu ]

Le décès de l'honorable David Braley

Honorables collègues, je n’ai pas eu le plaisir de travailler avec l’ancien sénateur David Braley. Je prends néanmoins la parole aujourd’hui au nom du Groupe des sénateurs indépendants pour rendre hommage à un homme dont l’influence sur l’ensemble du Canada, et particulièrement sur ma province, la Colombie-Britannique, ne sera pas oubliée de sitôt.

En 1997, David Braley devient propriétaire d’une équipe de la Ligue canadienne de football, les Lions de la Colombie-Britannique. Fort de ses multiples réussites dans le monde des affaires, il connaît rapidement du succès sur le terrain : les Lions remportent la Coupe Grey en 2000. C’est la première de leurs trois victoires à ce championnat au cours de la période où David Braley sera propriétaire. Il gagne un total de quatre championnats de la Coupe Grey en tant que propriétaire d’une équipe de la Ligue canadienne de football. Sous sa direction, les Lions deviennent l’une des entreprises les plus socialement responsables de la Colombie-Britannique. L’équipe s’implique dans des programmes communautaires et caritatifs, qui sont axés sur la santé et le bien-être, la sensibilisation du public et le développement du football amateur.

Même si David Braley est surtout connu pour son apport à la Ligue canadienne de football, il a aussi joué un rôle prépondérant dans la survie du soccer professionnel en Colombie-Britannique en devenant propriétaire des 86ers de Vancouver de 1997 à 2000, ce qui a permis au club de s’épanouir pour devenir les Whitecaps de Vancouver.

David Braley a été nommé au Sénat par l’ancien premier ministre Harper en 2010. Il y a représenté l’Ontario jusqu’en 2013. Il est devenu membre de l’Ordre du Canada en 2019 pour « sa contribution à la Ligue canadienne de football et son leadership entrepreneurial et philanthropique dans sa collectivité ».

Rick Dhaliwal, chroniqueur à TSN 1040 et commentateur pour le site The Athletic Vancouver, a raconté ce qui suit :

Lors de ma dernière conversation avec David, il n’arrêtait pas de parler de ce qui était le mieux pour les Lions, pour Vancouver et pour la Ligue canadienne de football.

Personne n’avait plus à cœur le football canadien que David.

Il restera l’un des meilleurs propriétaires pour cette ville.

Il nous manquera.